L’actualité du soutien scolaire vue par Nicolas Vauvillier, PDG de KeepSchool


Que retenez-vous de l’actualité du soutien scolaire ?

Nicolas Vauvillier : « Aujourd’hui beaucoup de mesures sont annoncées et prises par la Ministère de l’Education Nationale. Réduction d’effectifs, soutien scolaire pour les orphelins de 16H et suppression de l’école le samedi matin. Beaucoup de changements s’opèrent depuis la rentrée 2007. »

Cela empiète t’il sur votre marché ?
N.V : « Pour KeepSchool, ces réformes ne sont pas une menace car ces nouveautés ministérielles ne touchent que les collégiens, alors que nos cibles principales sont les collégiens en fin de cycle et les lycéens.

Si les parents font appel à nous, c’est parce que leurs enfants sont en conflit avec les membres de l’Education Nationale. Il y a une rupture et ils attendent de nous une autre vision de l’enseignement. »

Si vous deviez dresser un bilan de ces dernières années concernant le secteur du soutien scolaire ?
N.V : « On peut dire que depuis 2000, le secteur s’est très fortement développé puisque le CA des organismes, tels que KeepSchool, a triplé. On constate une très forte professionnalisation. KeepSchool entame une démarche de certification qualité telles que ISO 9001.

Il y a une volonté de se concentrer sur la réussite de l’élève et d’améliorer toujours l’efficacité du service. De plus en plus, KeepSchool propose des cours à domicile, du soutien scolaire en ligne (exercices, quiz) mais aussi des conseils d’orientation pour assurer une meilleure qualité de service proposée à nos clients. Cela fonctionne d’ailleurs très bien car d’après nos études, 95% de nos clients sont satisfaits. »

Quels sont pour un organisme comme le votre les objectifs à court et long terme ?
N.V :
« À court terme, il s’agit d’un objectif d’entreprise. KeepSchool veut d’abord poursuivre son développement et sa croissance. Nous travaillons toujours sur l’offre et la qualité du service proposé. Ca passe par une meilleure professionnalisation qui comprend des démarches qualités.

Sur le long terme, se pose la question de l’innovation technologique sur le service éducatif. Nous travaillons sur un système de testing et des systèmes d’apprentissage en ligne qui viennent en complément du soutien scolaire à domicile.
KeepSchool veut également développer sa présence en Europe. Nous sommes implantés en Allemagne depuis trois ans et en Angleterre depuis le début de l’année avec un chiffre d’affaires cumulé de 6M€ et un objectif de 20M€ d’ici trois ans. »

Pouvez-vous rappeler le contexte de création de KeepSchool ?
N.V :
« KeepSchool est un organisme de soutien scolaire que j’ai créé en 2000, alors que j’étais étudiant en 2ème année à HEC. A sa création, l’entreprise était spécialisée dans du soutien en ligne (système de questions/réponses sur Internet).

A partir de 2001, l’entreprise s’est orientée vers le cours particulier à domicile pour devenir aujourd’hui le 4ème acteur du marché du soutien scolaire en 2007. Cette année, nous devrions prendre la 3ème place. »

La qualification des enseignants du soutien scolaire privé est souvent remise en cause. Chez vous, comment sont sélectionnés vos professeurs ? Proviennent-t’ils de l’Education Nationale comme cela a souvent été reproché?
« 80% de nos enseignants sont des étudiants du supérieur. Nous avons très peu de professeurs de l’Education Nationale. Nous ne sommes pas concurrents mais complémentaires car nos enseignants sont principalement des étudiants.Notre sélection se fait en plusieurs étapes. Nous recevons d’abord les CV (diplôme minimum bac+3 ). Ensuite nos conseillers de recrutement procèdent à un entretien téléphonique avec le professeur postulant, suivi d’un entretien en face à face dans les grandes villes, pour juger de la pédagogie et de la cohérence du profil.
Une fois, les premières heures de cours finies, l’enseignant est évalué par la famille et reçoit une note afin de qualifier ses aptitudes pédagogiques. »

Vous innovez et proposez à partir du 25/10/2007 une nouvelle offre « La garantie de progrès ». De quoi s’agit t’il ? Dans quelles perspectives ?
N.V :
« Le soutien scolaire fonctionne bien. Il fait progresser et nous avons constaté que 90% de nos élèves ont amélioré leurs notes. Nous proposons à nos clients de se faire rembourser s’il n’y a pas de progression chez leur enfant. Nous nous y engageons financièrement. Nous affirmons aux familles qu’en souscrivant des cours avec KeepSchool, leur enfant progressera. Pour cela, nous nous basons sur le bulletin scolaire pour constater l’évolution des notes.

Cette offre sera par ailleurs dévoilée en affichage dans le métro parisien sur 475 panneaux de fonds de métro parisien du 25 octobre 2007 à fin janvier 2008. Cette campagne de trois mois permettra de présenter au public notre offre innovante sur le marché du soutien scolaire.»

Pouvez-vous dresser un bilan de ces dernières années concernant votre entreprise et le secteur du soutien scolaire ?
N.V : « KeepSchool progresse plus vite que le marché et a toujours eu une longueur d’avance pour ce qui est des technologies Internet, comme le e-learning. Nous avons un service en ligne très développé composé de fiches de cours, d’exercices corrigés mais aussi d’une interface administrative facilitant la gestion des offres de cours.

Le marché est plus mûr et continue à se développer en étant concentré sur la qualité de service et sur la communication. KeepSchool est d’ailleurs entré dans la cours des grands cette année, en communiquant pour la première fois à la télévision sur TF1 et Canal +. Le spot de 15 secondes est diffusé depuis début septembre aux heures de grandes écoutes. »

Que dit et que représente cette campagne de pub sur TF1 et Canal + pour votre organisme ?
N.V :
« Cette publicité met en scène un facteur déposant des enveloppes contenant des bulletins scolaires dans les boites aux lettres. Une fois le courrier déposé, on entend des hurlements provenant des différentes maisons. KeepSchool interpelle alors le téléspectateur en disant « Envie de meilleurs bulletins scolaires ? Appelez le 36 20 dites KeepSchool. ».

Pour KeepSchool, il s’agit d’un investissement important tant en terme de budget qu’en terme d’impact. La communication est nationale et nous permet de développer notre notoriété auprès des Français. Nous pensons rentabiliser cela dans les trois prochaines années. »

Blandine Vergneaux tiens à votre disposition pour toutes demandes de renseignements supplémentaires ou d’interviews

Contact presse
Blandine VERGNEAUX
bvergneaux@keepschool.com
01 48 06 99 30

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: